4 février 2012

Défis sociaux : Le bien-être des Autochtones




Les populations Autochtones au Canada courent un plus grand risque d'être victimes de crimes violents et 

personnels et d'être impliquées dans le système de justice pénale.



auto.gif - 1943 Bytes


Les Autochtones sont trois fois plus susceptibles que les non-Autochtones d'être victimes de crimes violents 

et ont un risque encore plus élevé d'être victimes d'agression, d'agression sexuelle, de vols et de violence 

conjugale.1

Surreprésentation des Autochtones dans le système de justice pénale

Les Autochtones sont aussi considérablement surreprésentés en tant que délinquants dans le système de 

justice pénale au Canada. Les taux d'incarcération des Autochtones sont de cinq à six fois plus élevés que la 

moyenne nationale. Des statistiques de Service correctionnel Canada montrent que même si les Autochtones 

ne représentent que 2,8% de la population canadienne, ils comptent pour 18% des personnes incarcérées 

dans des pénitenciers fédéraux. Dans les provinces des Prairies, 50% des prisonniers sont Autochtones.2

Des inégalités historiques ont laissé les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations sans les 

soutiens et services si nécessaires. Les Autochtones au Canada ont été dépossédés de leur territoire, de leurs 

traditions culturelles et de leur unique façon de vivre. Les enfants ont été enlevés à leur famille et envoyés au 

loin dans des écoles résidentielles – où nombre d'entre eux ont été victimes de toutes sortes d'abus – avec des 

répercussions intergénérationnelles bien documentées. Les préjudices et la discrimination de la société envers 

les Autochtones ont créé encore d'autres défis.3

De nos jours, un nombre croissant d'Autochtones vivent dans les grandes agglomérations urbaines du 

Canada. Les données du Recensement analysées dans le rapport du CCDS, Urban Poverty in Canada

montrent que les Autochtones vivant en milieu urbain avaient deux fois plus tendance à vivre dans la pauvreté 

que les non- Autochtones. Selon les Nations Unies, les enfants des Premières Nations dans les pays 

occidentaux vivent dans des conditions du Tiers-monde, avec approximativement de 80% des enfants 

Autochtones de moins de six ans en milieu urbain vivant dans la pauvreté.4 Le nombre d'enfants Autochtones 

clients du système de protection de l'enfance à travers le Canada est aussi en train d'augmenter, et il s'est 

accru de 71,5% de 1995 à 2001. 5

Les changements rapides liés à la vie urbaine et la perte de soutiens traditionnels ont cumulé les sentiments 

d'isolement et de bouleversement chez les Autochtones, en défavorisant encore davantage leurs familles et 

leurs communautés, et en les mettant dans un risque accru d'être impliqués dans le système de justice pénale.6

La Commission royale sur les peuples Autochtones de 1996 a établi un lien net entre le chômage, le faible 

revenu et le manque de réussite scolaire dans leur communauté à une implication ultérieure dans la criminalité.7

Le Service correctionnel du Canada remarque aussi que les délinquants Autochtones ont plus tendance que 

les délinquants non-Autochtones à avoir vécu dans la pauvreté, la violence familiale et un milieu de 

toxicomanies chez eux, et pendant l'enfance avaient eu plus tendance à avoir recours aux services de 

protection de l'enfance.8

Un autre facteur qui influence la surreprésentation des Autochtones dans les statistiques de la criminalité est le 

fait que contrairement à l'ensemble de la population au Canada qui a vu une baisse de croissance, la 

population Autochtone expérience encore un baby-boom. Ce qui se traduit par une population Autochtone 

actuellement beaucoup plus jeunes que d'autres groupes, résultant en une proportion beaucoup plus grande 

d'Autochtones dans les catégories de jeune âge à risque élevé.9

Pour davantage d'information sur les tendances démographiques des Autochtones et leurs démêlés avec le 


et pour un portrait du bien-être des enfants Autochtones, voirwww.statcan.ca/francais/freepub/89-597-

XIF/2001001/article_f.htm. Pour des indicateurs clés de développement social pour les Autochtones, aller 

sur le site du CCDS à www.ccsd.ca/pr/2003/aboriginal.htm.

Initiatives pour améliorer le bien-être des Autochtones


En 2003, un Comité sénatorial a rapporté que les Autochtones vivant en milieu urbain – près de la moitié de 

l'ensemble de la population Autochtone au Canada (49%) – sont laissés pour compte par les politiques 

publiques, étant donné que ni le Fédéral ni les provinces n'acceptent de prendre la responsabilité de leurs 

besoins.10


L'Assemblée des Premières Nations a vivement endossé recommandations du Comité sénatorial de rendre 

«portables» les droits des Premières Nations – c'est-à-dire de les appliquer également dans les réserves et 

hors des réserves.11 D'autres organisations Autochtones ont souligné le besoin de plus de services du secteur 

bénévole et communautaire pour les Autochtones vivant dans les réserves.12



Malgré les défis toutefois, les communautés Autochtones au Canada ont développé certains moyens efficaces 

de répondre à leurs besoins, avec l'aide du gouvernement fédéral et des provinces. Voir, par exemple les 

articles «Lutter pour les jeunes Autochtones» et «Deux voix» dans leBulletin No 7 de La prévention du crime 

par le développement social et divers articles dans le Bulletin No 8. On peut trouver bien d'autres exemples 


Une autre initiative fédérale digne d'être mentionnée est le Programme d'aide préscolaire aux Autochtones, de 

Santé Canada. Le programme mobilise des organismes Autochtones sans but lucratif dans les agglomérations 

urbaines et les grandes communautés du Nord afin de fournir des soutiens aux jeunes enfants Autochtones. Le 

programme habilite aussi les parents Autochtones à répondre aux besoins de développement de leurs enfants 

durant la petite enfance, tout en faisant le lien entre les familles et d'autres programmes et services dans leur 

communauté.

D'autres organisations non gouvernementales, comme la First Nations Child and Family Caring Society of 

Canada se dédient à améliorer la recherche, les politiques et la pratique ayant trait aux conditions sociales des 

enfants Autochtones et des Premières Nations en particulier.

Les Autochtones et l'administration de la justice

Les liens suivants fournissent des informations supplémentaires portant sur des questions de justice envers les 

peuples Autochtones au Canada :