28 février 2012

Une gravure de plus de - 10 000 ans dans une grotte du Brésil

Gravure humaine dite de l'Homme en Rût, trouvée dans la grotte de Lapo do Santo au Brésil. Datation - 10 000 ansPubliée en ligne le 22 février dans la revuePLoS ONE, l’étude détaillée, par des chercheurs brésiliens, d’une gravure rupestre ornant une grotte du centre du Brésil, datant  de 9 à 12 000 ans et baptisée ‘le petit Homme en rut’, témoigne de l’ancienneté de l’occupation de l’Amérique du Sud.

La découverte
C’est à la fin d’une fouille menée jusqu’à 4 m de profondeur, sur les parois de la grotte de Lapa do Santo, au centre-est du Brésil, qu’une équipe d’archéologues de l’Université de São Paulo a découvert, en 2009, cette gravure représentant un homme filiforme, doté d’un phallus surdimensionné. Les sédiments recouvrant ce pétroglyphe, analysés et datés au radiocarbone, font remonter cette œuvre pariétale à une époque située entre -9 000 et -12 000 ans, en faisant la plus ancienne d’Amérique du sud datée de manière fiable. 

Relevé de la gravure de la grotte de Lapa do SantoLa gravure
Visiblement accroupi, avec les bras tendus, le petit personnage stylisé mesure environ 30 cm de la tête aux pieds (sur une largeur de 20 cm), exhibant un sexe en érection  de 5 cm, soit à peu près aussi long que son bras gauche. « Nous avons surnommé cette effigie : ‘le petit Homme en rut’. Cette représentation est probablement liée à une sorte de rituel de fertilité. Il y a un autre site, dans la même région, où l’on trouve des peintures avec des hommes aux phallus géants, des femmes enceintes, et même une scène d’accouchement », explique Walter Alves Neves, l’un des archéologues de l’équipe, également spécialiste en anthropologie biologique.
Le contexte
Lapa do Santo, grotte calcaire d'environ 1 300 m2 de superficie, fait partie d’une série de cavernes qui ont également livré des restes humains enterrés, des outils en pierre et en os, des cendres de foyers et des restes de repas (fruits et petit gibier). C’est le plus grand abri rocheux occupé de cette région, où fut découvert le plus ancien squelette humain trouvé à ce jour en Amérique du Sud, une femme d’une vingtaine d’années baptisée Luzia.

Une occupation ancienne des Amériques
Toujours débattue, la date d’arrivée de l’Homme sur le Nouveau Monde est encore incertaine. Si de récents travaux attestent d’une chasse au mastodonte dès -13 800 ans ou de la capture d’animaux marins dès -12 000 ans dans l’ouest des États-Unis, ce pétroglyphe, selon ses découvreurs, comparé aux mains représentées dans la Cueva de las Manos ou aux figures géométriques de la Cueva Epullan Grande, en Argentine, suggère qu’en Amérique du Sud, très tôt, les émanations abstraites de la pensée avaient déjà eu le temps de s’épanouir en diverses formes.
« Cela montre qu’il y a près de 11 000 ans, il y avait déjà une manifestation très diversifiée de l'art rupestre en Amérique du Sud, et qu’ainsi, l'Homme est probablement arrivé dans les Amériques beaucoup plus tôt que ce qui est normalement accepté », conclut Walter Alves Neves.

F. Belnet

Sources : 
Telegraph
HuffingtonPost
LiveScience
Photos : collection of Laboratory for Human Evolutionary Studies - University of São Paulo

''Voilà qui remet en question (encore) la date de notre arrivés en Amérique'' Si on se fit à cette date

Source: hominides via Wikistrike