21 mai 2014

Créatures légendaires ...(suite)



Inuit

Les Adlet (or Erqigdlet) sont une race de créatures légendaires issues de la mythologie inuit du Groenland, et des côtes du Labrador et de la Baie d'Hudson. Cette tribu posséderait des jambes de chien et un corps humain1. Les Adlet courent très rapidement et les rencontres avec les humains finissent généralement en bataille, ces derniers étant souvent victorieux2.




Amarok est, dans la mythologie inuit, le gigantesque esprit du loup1, décrit le plus souvent comme un loup géant qui dévore les chasseurs assez imprudents pour sortir chasser seuls la nuit, mais il peut aussi aider les humains en veillant à ce que ses frères, les loups, maintiennent les troupeaux de caribous en bonne santé par élimination des animaux faibles et malades. Le nom d'« Amarok » désigne également le loup chez les peuples inuit, et il fut donné à des animaux étudiés dans le cadre de la cryptozoologie, avant d'être repris pour plusieurs œuvres modernes de littérature de musique notamment.





Amarok est vu comme un grand chasseur qui, contrairement aux loups qui traquent en meute, chasse seul ses proies. Ainsi, il est réputé s'attaquer aux chasseurs humains qui sortent chasser seuls la nuit en toute imprudence. Les amérindiens et les inuits ont toujours accordé au loup une grande place dans leur culture mais contrairement aux européens, ils voient cet animal de manière également positive, en tant qu'associé dans leur recherche de nourriture2.




Inuit

Dans la mythologie inuit, l'Agloolik est un esprit bienfaisant qui vit sous la glace et aide en permanence les chasseurs et les pêcheurs1.
Ce nom désigne également un personnage du jeu Final Fantasy XI, qui est représenté comme un esprit belliqueux du monde Vana'diel, ou se situe l'action2.




Ahkiyyini

Inuit



Dans le folklore Inuit, c'est un squelette-fantôme.
Il dansait toujours de son vivant, et son squelette revient souvent pour danser une gigue qui secoue la terre et fait tourner les bateaux sur la mer.
Il fait sa propre musique, à l'aide de l'os de son bras comme baguette et de son omoplate comme tambour.




Ijiraq



Inuit


Dans la mythologie inuit, l'ijiraq (« celui qui se cache ») est le croque-mitaine qui enlève les enfants et les dissimule à jamais. Les inukshuk en pierre permettent aux enfants de retrouver leur chemin s'ils arrivent à persuader l'ijiraq de les laisser partir.
Une lune de Saturne s'appelle Ijiraq en référence à cette créature





Kachinas



Dans la mythologie des Indiens Hopis et Zuñis du Nouveau-Mexique et de l'Arizona, au Sud Ouest des États-Unis, les kachinas sont des esprits : esprits du feu, de la pluie, du serpent, ou encore esprits farceurs, espiègles, bienfaisants ou malfaisants... Une sorte d'inventaire du monde visible et invisible. Six mois par an, à l'occasion de fêtes rituelles, ces esprits s'incarnent dans des danseurs masqués et costumés. Des poupées de bois peintes de vives couleurs, également nommées kachinas et représentant ces danseurs, sont offertes aux enfants, à l'issue des fêtes, pour qu'ils se familiarisent avec le monde des esprits.Les Kachinas viennent pour vivre avec les hopis à la période du solstice d'hiver et demeurent jusqu'à juillet


Le Maymaygwashi
Le Maymaygwashi est un esprit des eaux issu du folklore du peuple Ojibwa, appelé aussi Ojibway ou Chippewa aux États-Unis. Il s'agit de « siréneaux », au corps enfantin et au visage velu habitant dans des crevasses le long des rives escarpées du lac Supérieur.Les Maymaygwashi sont des esprits ayant la forme de petits hommes. Ils vivent dans les roches, les eaux et les forêts de la région boréale de l'Amérique du Nord. Les Anishinaabe, premiers habitants de la région, ont été les premiers à leur donner un nom. Les Maymaygwashi sont les gardiens de la terre et ceux qui ne les honorent ou ne les respectent pas manquent d'honneur et de respect envers la terre. La légende dit que ce manque de respect se fait à leurs risques et périls.

Le Maymaygwashi était une créature aquatique, décrite comme une sorte de « siréneau », au corps enfantin et au visage velu habitant dans des crevasses le long des rives escarpées du lac. Appelé aussi Nebaunaubaewuk, on disait que cet être attirait les mortels dans les profondeurs où ils étaient transformés à leur tour en êtres mi-hommes mi-poissons. Sur les falaises qui bordent la rive nord du lac Supérieur, en plusieurs endroits on peut voir des peintures rupestres, représentations d’animaux, réels ou fantastiques, de canoës, d’hommes et d’astres, situées souvent dans des anfractuosités ou sous des abris rocheux naturels, accessibles uniquement par la voie des eaux, au moyen d’une embarcation. Certaines de ces œuvres ont plusieurs millénaires et sont sans doute contemporaines du début de l’exploitation des gisements de cuivre dans la même région. On y voit aussi des empreintes de mains, peintes à l’ocre rouge sur le roc. Pour les Ojibwas, ce sont les Maymaygwashis qui ont fait ces empreintes en élevant leurs mains hors des eaux.




Nanuq ou Nanuuq1 (anglais : Nanook) est un esprit (Tuurngait en inuit) dans la mythologie inuit.
« Nanuq » est le terme inuit pour l'ours polaire. Il joue généralement un rôle important car cet ours blanc particulièrement imposant est considéré comme le chef des ours polaires. Il peut décider si les chasseurs se sont comportés conformément aux règles rituelles afin de déterminer si une chasse à l'ours blanc est réussie.
Ce mythe est bien connu y compris dans d'autres peuples arctiques avec de légères variantes.

L'Université d'Alaska à Fairbanks utilise depuis 1963 le nom de « Nanooks » pour ses équipes sportives.



Sasquatch (de l'halkomelem sésq̓əc
 est le nom donné à une créature légendaire qui vivrait au Canada et aux États-Unis. Comme dans le cas du Yéti dans l'Himalaya, de nombreux témoins indiquent avoir vu dans ces régions un primate humanoïde de grande taille. Également surnommé Bigfoot (« grand pied » en anglais) du fait de sa grande taille présumée et surtout des empreintes gigantesques qu'il laisserait après son passage, il occuperait principalement les grandes chaînes de montagnes (Adirondacks, Rocheuses, Appalaches) ainsi que les régions très boisées et faiblement peuplées par l'homme. L'absence persistante de preuve matérielle de son existence conduit toutefois la plupart des scientifiques à considérer le Sasquatch comme une créature relevant du folklore2.

Historique des témoignages
Le Bigfoot relève d'une tradition ancienne, ancrée dans l'imaginaire des Amérindiens qui l'ont à l'occasion dépeint dans leur artisanat. En 1840, le révérend Elkanah Walker, missionnaire protestant, rapporte que les mythes concernant des géants poilus sont nombreux parmi les amérindiens vivants à Spokane, dans l'État de Washington, aux États-Unis. Ces derniers affirmaient que ces géants volaient du saumon et avaient une forte odeur.

Des empreintes géantes de forme humaine ont été photographiées en 1958 sur un chantier californien à Bluff Creek.


Le wendigo (pluriel : wendigowak / wendigos1) est une créature surnaturelle, maléfique et cannibale, issue de la mythologie des Amérindiens algonquiens du Canada, qui s'est étendue à tout le folklore d'Amérique du Nord.

Cette légende est partagée par plusieurs tribus amérindiennes et peut désigner la transformation physique d'un humain après la consommation de viande humaine comme une possession spirituelle. Le wendigo a aussi renforcé le tabou autour de la pratique du cannibalisme chez ces peuples. Les wendigowak (wendigos) vivent dans les profondeurs de la forêt et apparaissent dans des contes où le surnaturel côtoie des choses inhumaines et atroces. Parmi les histoires qui circulent, ils sont solidement ancrés dans les légendes indiennes où ils tiennent une place importante. De nombreux lieux et lacs portent ce nom, tel le parc national du wendigo, et de nombreuses œuvres modernes s'en inspirent dans la littérature comme au cinéma, bien que ces wendigowak puissent avoir des caractéristiques différentes de ceux des légendes originelles.Le mot apparait dans différentes langues et dialectes amérindiens, il y a des douzaines de variations sur ce nom, wendigo et windigo étant les plus communs, mais on trouve également weendigo, windago, windiga, witiko, wihtikow, et de nombreuses autres variantes. Le mot désignant cette créature n'est pas un nom propre car il reste flou et correspond à plusieurs créatures nommées wendigo comme une sorte de référence. Il s'orthographie de différentes manières selon les périodes et la tribu indiennes.

Wiindigoo est issu de l'Ojibwe et serait à l'origine du mot anglais wendigo3.

Wìdjigò est l'équivalent en Algonquin, et Wīhtikōw chez la nation Cri du Québec3.

 Le terme en Proto-algonquin était *wi•nteko•wa, qui signifie probablement hibou à l'origine3.

Windago chez les indiens Athabascan de l'Est,

Wendago chez les indiens Saulteaux du Manitoba,

Windigo, wetiko ou wetkiko.

La traduction du nom wendigo serait cannibale maudit.




Mythologie des Algonquiens

Le wendigo est issu des croyance traditionnelles de tribus parlant une langue algonquienne, au nord des États-Unis et au Canada, plus particulièrement les Saulteux/Ojibwa, les Cris et les Innus4 Bien que les descriptions varient quelque peu, toutes ces cultures ont en commun la description des wendigowak comme malveillants et cannibales, et comme êtres surnaturels (manitous) possédant une grande force spirituelle5, qui vivent de préférence dans la forêt. Ils sont associées à l'hiver, au nord et aux frimas ainsi qu'à la famine6. Basil Johnston, un ojibwa enseignant et chercheur de l'Ontario, donne une description des wendigo dans les légendes des algonquins.

« Le Weendigo était émacié à un point extrême, sa peau desséchée tirée et tendue sur ses os. Avec ses os poussant contre sa peau, elle même de la couleur des cendres grises de la mort, et ses yeux repoussés au plus profond de leurs orbites, le Weendigo ressemblait à un squelette récemment déterré de sa tombe. Ses lèvres, étaient en lambeaux [....] souillé de sang et de souffrance et de suppurations de la chair, le Wendigo dégageait une odeur étrange et inquiétante de dégradation et de décomposition, de mort et de corruption. »
— Basil Johnston
Son corps est toujours squelettique et déformé, sans lèvres, ni orteils.
Le wendigo est associé aux pêchés de gourmandise, de cupidité ou d'excès en tout genre. Il n'est jamais satisfait après avoir tué une personne pour la dévorer, et se met constamment à la recherche de nouvelles victimes. Dans certaines traditions, l'homme qui est dominé par la cupidité pourrait se transformer en wendigo, le mythe devenant ainsi une façon de prôner la coopération et la modération8. On peut comparer le wendigo aux ogres ou aux géants des traditions européennes.


Parmi les ojibwés, les cris de l'Est et les innus, les wendigowak sont décrits comme des géants plusieurs fois plus grands que les êtres humains, une caractéristique absente du mythe algonquin dans les autres cultures9. Chaque fois qu'un wendigo mange une autre personne, il grossit en proportion de ce qu'il vient d'avaler et ressent à nouveau la faim, de sorte qu'il n'est jamais rassasié10, les Wendigowak (Wendigos) sont donc constamment à la fois gavés et en état de famine.

En général, le wendigo est associé à l'hiver, lorsque la nourriture se fait rare et que les hommes sont poussés au cannibalisme en cas de grande famine ou de disette. La plupart des contes indiquent que le wendigo fait son apparition lors de la montée des grands vents froids, poussant des cris perçants et de terribles hurlements. Certains prétendent même que le wendigo est fait de glace et de froid, tout au moins son cœur. Bien que la plupart des contes présentent le wendigo comme étant cannibale, dangereux et violent, l'« hôte » peut encore essayer de vivre loin de la civilisation, au plus profond des bois, pour empêcher quiconque d'être sa prochaine victime. Quelques personnes habitées par le wendigo se suicideraient même pour éviter de blesser quelqu'un.

Certains contes mentionnent aussi le wendigo comme un géant de glace squelettique (ou un géant squelettique au cœur de glace) ou comme une bête monstrueuse mi-homme mi-animale, proche du loup-garou, ou encore un grand hominidé, proche du Sasquatch. Il peut aussi être un esprit mauvais qui hante la plupart du temps les bois subarctiques à la recherche d'un hôte pour l'aider à satisfaire son envie physique de chair humaine. Il est caractérisé par son extrême cruauté envers ses victimes et son gout immodéré pour la chair humaine.



Il peut aussi prendre « une forme d'ombre », mais toutes ces formes ont en commun un cœur de glace (particulièrement visible lorsqu’il est sous forme de squelette) : sa partie humaine aurait naguère eu le cœur brisé par un humain et c'est pourquoi il serait gelé à tout jamais. Une version Sioux (probablement tirée de la légende du wendigo canadien) le décrit comme un esprit malfaisant qui déchiquette et dévore tout ce qui vit. Son haleine répand des maladies et il se transforme parfois en ouragan.

Il semble être nocturne, parce qu'on dit de lui qu'il cherche ses victimes pendant l'aube et les dévore dans l'obscurité. La chair pourrait être son principale régime, mais on dit aussi qu'il mange le bois, les mousses de marais et parfois des champignons putréfiés.[réf. néces




Ataensic (ou Atahensic) était la déesse du ciel et de la terre chez les Iroquois. Elle était aussi associée au mariage et à l'enfance.

Elle était mariée au dieu du ciel et attendait un enfant de lui, mais des rumeurs malveillantes vinrent aux oreilles de son mari affirmant que l'enfant ne pourrait pas être à lui mais sans doute de quelqu'un d'autre.
Alors il entra dans une colère noire et il la jeta dans un trou sans fond fait dans le sol en déracinant l'arbre de la Vie.

Dans une version différente, elle tomba dans le trou alors qu'elle voulait gouter les fruits de l'arbre de la Vie.
Alors qu'elle tombait inexorablement vers l'océan primitif, elle fut attrapée au vol par des oiseaux qui la déposèrent doucement sur une île construite sur le dos d'une tortue par la Loutre et le Rat Musqué.
Là, elle donna naissance aux jumeaux Hahgwehdaetgah (le méchant) et Hahgwehdiyu (le bon).
On trouve aussi les noms de Little Sprout (petit germe) ou Yoskeha / Djuskaha et Flint (Pierre à feu) ou Taweskare / Othagwenda

Quand elle mourut, les deux jumeaux utilisèrent son corps pour créer un monde imparfait à cause de leurs conflits constants. En particulier de son corps sortit le maïs, cadeau d' Hahgwehdiyu à l'humanité.
‡ Dans une autre version c'est Enedeka Dakwa, sa fille vierge, fécondée par le souffle du Vent d'Ouest, qui mit au monde les deux jumeaux.


Chateaubriand cite cette légende dans Atala
"Le Jongleur invoque Michabou, Génie des eaux. Il raconte les guerres du grand Lièvre contre Matchimanitou, dieu du mal ; il chante le premier homme et la belle Atahensic , précipités du ciel pour avoir perdu leur innocence; la terre rougie du sang fraternel ..."
- See more at: http://mythologica.fr/amerindien/ataentsic.htm#sthash.J7QdLYy4.dpuf


Tsohanoai - "Porteur du Soleil ", est l'esprit-soleil des Navajos.
Dans certains mythes, il est dépeint comme un homme portant le soleil sur son dos.

One with Nature par Lee Bogle
Dans d'autres, il est représenté comme un guerrier à cheval (le cheval bleu du ciel) portant le soleil comme son bouclier étincelant. A la nuit tombante, son voyage terminé, il rejoint sa femme, la déesse de saison Estsanatlehi, dans sa maison carrée à l'ouest. Il est considéré comme le créateur de tous les animaux et en particulier du gros gibier qui nourrissent les Navajos. Son père est le dieu de la lune Tklehonoai et ses fils sont le dieu guerrier Nayanazgeni et le dieu de la pêche Tobadzistsini.
Tsohanoai n'est jamais représentée dans l'art ou dans les danses tribales comme le sont les autres esprits.
Estsanatlehi «La femme qui change».
Parfois appelée une déesse de la Terre, mais c'est plutôt divinité des saisons des Navajos. Toute l'année son apparence change passant de la jeunesse à la maturité et de la maturité à la vieillesse comme les saisons changent du printemps à l'été à l'automne puis à l'hiver.
Chaque hiver, elle devient vieille et faible, mais avec l'arrivée du printemps elle retrouve sa jeunesse et sa vigueur. C'est la divinité la plus respectée des Indiens Navajo.
Finalement Estsanatlehi vit sur les grandes eaux à l'ouest de la maison carrée de son mari, le esprit-soleil Navajo, Tsohanoai, qui vient la rejoindre chaque nuit, quand son voyage quotidien à travers le ciel est terminé.



Glooscap (ou Gluskap) est un héros mythique le transformeur des Abnaki, des forêts de l'Est. D'une taille immense et doté de très grands pouvoirs, il serait le créateur d'éléments naturels tels que la vallée de l'Annapolis. Ce faisant, il devait souvent affronter son diabolique frère jumeau qui voulait rendre les rivières sinueuses et des montagnes infranchissables. Il s'est étendu sur la Nouvelle-Écosse pour y dormir, se servant de l'Île-du-Prince-Édouard comme oreiller


La Grand' Mère du Monde avait deux fils, Glooscap et Malsum. Si Glooscap était bon, sage, et créatif en revanche, Malsum était méchant, égoïste, et destructeur.
Quand leur mère mourut, Glooscap continua à travailler à la création des plantes, des animaux, et des êtres humains à partir du corps de sa défunte mère. Malsum quant à lui ne créait que des plantes toxiques et serpents venimeux.
Au bout d'un certain temps, agacé par le travail remarquable de son frère, Malsum décida de le tuer.
Mais pour pouvoir le tuer il devait connaître ce qu'il pouvait le blesser mortellement. Alors il se vanta d'être immortel bien qu'il savait au fond de lui qu'une simple racine de fougère pouvait le faire mourir. Pendant des jours entiers il questionna son frère pour trouver son point faible.
Comme Glooscap ne pouvait pas mentir il avoua finalement à Malsum qu'une plume de hibou lui serait fatale.
Dès que Malsum en eut connaissance il se hâta de se procurer la plume de hibou, il la tailla en un dard pointu et tua son frère.
Mais le pouvoir du bien est plus fort que la mort. Glooscap ressuscita pour continuer son œuvre admirable et pour que les créatures qu'il avait déjà créé puissent continuer leur vie. Il comprit aussi que son frère chercherait toujours et par tous les moyens à entraver son travail merveilleux. Il n'avait d'autre choix que de le tuer.
Un jour Glooscap attira Malsum près d'un ruisseau en lui disant haut et fort qu'un certain roseau fleuri était aussi capable de le tuer. Quand Malsum fut suffisamment proche il déracina une fougère et la lança sur lui.
Malsum s'écroula raide mort et son esprit descendit dans le Monde Inférieur où il devint l'esprit d'un méchant loup que seule la lumière du jour effraie. (légende des algonquins)


Nayenezgani (tueur de dieu étranger) et Tobadzistsini (enfant des eaux) peuvent être vus comme des divinités guerrières mais ceux sont plutôt des héros culturels de la mythologie Navajo qui ont débarrassé le monde des géant hostiles aux hommes sauf ceux du Froid, de la Vieillesse, de la Faim et de la Pauvreté. Ils sont les enfants d'Estsanatlehi, (la femme qui change), et Tsohanoai, le dieu du soleil.
Les deux frères Nayenezgani (aussi écrit Nayanezgani) et Tobadzistsini qui étaient sur le chemin de la maison du Soleil remarquèrent une fumée qui sortait d'un trou pratiqué dans le sol. En s'approchant ils virent une échelle noircie par la fumée qui permettait de descendre dans ce trou; ce qu'ils firent hardiment. Là ils rencontrèrent Naste Estsan qui leur donna deux sortilèges pour se prémunir des difficultés et des dangers qu'ils auraient à surmonter.
Parmi ces dangers elle leur cita les roches qui écrasent les voyageurs, les roseaux qui les découpent en morceaux, les cactus acérés qui déchirent les chairs et aux sables bouillants qui les brûlent atrocement.
Les deux charmes que Naste Estsan donna aux deux frères étaient deux plumes:
une pour soumettre leurs ennemis et l'autre pour préserver leurs vies.
- See more at: 








Nanabozo, également connu sous les noms de Nanabozho, Winabozho ou encore Nanabush, est un esprit farceur ayant généralement l'apparence d'un lapin, dans la mythologie des Anishinaabe, et en particulier chez les tribus Ojibwés, plus grande nation amérindienne d'Amérique du Nord.
Né d'une mère humaine, Wiininwaa (« nourriture »), et de E-bangishimog (« à l'Ouest »), un esprit, Nanabozo apparaît la plupart du temps sous la forme d'un lapin. Sous cet aspect, il est tantôt connu sous le nom de « Michabou » (le « grand lapin » ou le « grand lièvre ») tantôt sous celui de « Chi-waabooz » (le « gros lapin »). Il a été envoyé sur terre par Gitche Manitou pour enseigner les Ojibwés et une de ses toute première mission fut de nommer toutes les plantes et tous les animaux. Nanabozo est considéré comme le fondateur de la Midewiwin. Dieu des eaux, les Algonquins voient également en lui le créateur de la terre. Dans les traditions iroquoises, le héros quasi-légendaire Hiawatha serait une incarnation de Nanabozo.


Le Puckwoodgenie est, selon Pierre Dubois(et selon mes sources ) , une sorte de lutin des forêts issu de légendes amérindiennes, qui commande aux éléments et protège la faune, la flore et les récoltes. Ils ont une fonction d'intermédiaire entre les forces de la nature et les homme.

La Grande Encyclopédie des lutins est le premier des ouvrages encyclopédiques de Pierre Dubois. Elle est consacrée, ainsi que l'indique son titre, aux lutins, et contient les descriptions de plus de 100 créatures sous forme de fiches détaillant leurs activités ou encore leur nourriture favorite.




Le Trauco est une créature anthropomorphe de petite taille, avec des jambes sans pieds, semblable à un nain ou gobelin, qui vit dans les forêts profondes de Chiloé. Selon le mythe, la femme du Trauco est la méchante et laide Fiura.



Il a un magnétisme puissant qui attire les jeunes et les femmes d'âge moyen (comme un Incube). La femme qui est choisi par le Trauco ne peut résister à l'attrait magique, et donc se soustraire à avoir des relations avec lui. Le Trauco est parfois invoqué pour expliquer les grossesses non désirées ou subite, surtout chez les femmes non mariées. Les hommes de Chiloé craignent le trauco, dont le regard peut être mortel.













Dans la mythologie lakota, Iktomi est un esprit farceur araignée, un héros culturel pour les Lakotas. Iktomi a d'autre noms comme Ikto, Ictinike, Inktomi, Unktome et Unktomi. Ces différents noms proviennent des différences dans les langues tribales, cette divinité araignée étant connue chez de nombreuses tribus d'Amérique du Nord.

Dans la mythologie lakota[modifier]

Selon les Lakotas, Iktomi est le fils d'Inyan, un dieu créateur. Il a un frère, Iya, puissant dieu destructeur. Une histoire raconte qu'Iktomi était un dieu de la sagesse, mais qu'il a été dépouillé de ce titre à cause de son manque de sagesse. Il jouait des tours aux gens qui se moquait de son apparence. Les mythes ayant pour héros Iktomi sont souvent racontés pour faire rire, et le dieu, bien que respecté, n'est pas craint. Il est cependant décrit parfois de manière plus digne, par exemple dans le mythe de l'attrapeur de rêves. Il a l'apparence d'une araignée, mais peut prendre toute forme, y compris celle d'un humain. Dans ce cas, il est réputé porter des peintures rouges, jaunes et blanches, avec des ronds noirs autour des yeux.






L'oiseau-tonnerre (Thunderbird en anglais) est une créature légendaire à la forme d'oiseau, commune aux religions de plusieurs populations amérindiennes d'Amérique du Nord. C'est un concept populaire dans l'art amérindien de la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord, qui apparaît souvent sur les totems. Le nom de l'oiseau-tonnerre proviendrait du bruit que produisent ses ailes lorsqu'il vole. Il est aussi considéré comme une créature de la cryptozoologie, issue de rapports d'observations de personnes qui décrivent avoir vu des oiseaux gigantesques dans le ciel américain.



La panthère d’eau est une puissante créature de la mythologie amérindienne, particulière aux tribus de la région des Grands Lacs. En ojibwa, cette créature est parfois appelée Mishibizhiw (Mishipizhiw, Mishipizheu, Mishupishu, Mishepishu) qui peut être traduit en « Grand Lynx » ou « Grande panthère »3. La panthère d’eau est l'un des composants majeurs du culte méridional de la civilisation du Mississippi dans le sud-est américain.Les monstres aquatiques apparaissent dans la mythologie de la plupart des civilisations, mais dans certaines mythologies amérindiennes, ils ont les traits des félins sauvages comme le puma ou le lynx ou de serpents. La panthère d’eau est une chimère de plusieurs animaux : les cornes du daim ou du bison, le corps ou la queue du puma, et d’autres animaux qui dépendent du mythe. Mishipizheu est censée vivre dans les plus grandes profondeurs des lacs et des rivières. Quelques traditions voient les panthères d’eau comme des créatures protectrices et serviables, mais dans la plupart des cas ce sont des bêtes malveillantes qui apportent la mort et la malchance.


Pour les Algonquins, les panthères d’eau étaient les plus puissants des êtres souterrains. Selon les Ojibwas, elles étaient comme les serpents les maîtres de toutes les créatures aquatiques. Quelques versions de la légende de Nanabozho parlent de communautés entières de lynx d’eau. Le sac médecine des Potawatomi représentait une panthère d’eau sur un côté et de l’autre l’oiseau-tonnerre, associé à l’élément air. Aussi tardivement que dans les années 1950, la Prairie Band of Potawatomi Indians a continué leur cérémonie traditionnelle d’apaisement de la grande panthère afin de maintenir l’équilibre avec l’oiseau-tonnerre.

Quand l’ethnographe Johann Kohl visita les États-Unis dans les années 1850, il parla avec un chef Fond du lac qui lui montra une pièce de cuivre de son sac médecine étant selon lui une mèche de cheveux de mishibizhiw, ce qui était considéré comme un objet extrêmement puissant


Le Mapinguari est un animal légendaire, dont l'apparence serait proche de celle des paresseux. Il a une fourrure rouge et vit dans la forêt tropicale amazonienne au Brésil et en Bolivie. Selon les peuples autochtones, la créature a une série de caractéristiques liées à d'autres êtres fantastiques de la mythologie brésilienne, comme de longues griffes, une peau ressemblant à celle des caïmans et une deuxième bouche sur son ventre.

C'est une créature lente, mais féroce et très dangereuse et surtout diabolique, ayant la capacité de se déplacer sans bruit dans la végétation épaisse. Cependant, elle évite les zones humides (ce qui limite ses mouvements dans une région où tant de fleuves et de lagunes existent, particulièrement pendant la saison des pluies). La plupart des histoires disent que la créature est carnivore -- bien que pas nécessairement mangeuse d'hommes. Quand il sent la présence des humains, il se dresse sur ses pattes arrière, atteignant ainsi une hauteur de 2 mètres, un mouvement semblable à l'ours gris.



Selon les Hopis au début des temps, Naste Estsan gouvernait le monde souterrain, résidence des dieux, tandis que Tawa régnait dans le ciel. Un jour elle moula des animaux avec de l'argile mais ils restèrent sans vie. Alors Tawa étendit sur eux une douce couverture blanche et ils commencèrent à s'animer.
SpiderPuis elle voulut créer l'humanité. Elle façonna des êtres à partir de la glaise et les serra sur son coeur tandis que Tawa chantait avec elle une mystérieuse mélopée. Puis elle répartit les animaux et les hommes sur la Terre et donna aux humains des rôles bien précis: les femmes devaient veiller sur la maison et les hommes s'occuper des offrandes.


Shaman Spider Woman d'après Susan Seddon Boulet
 Les deux frères Nayenezgani et Tobadzistsini qui étaient sur le chemin de la maison du soleil remarquèrent une fumée qui sortait d'un trou pratiqué dans le sol. En s'approchant ils virent une échelle noircie par la fumée qui permettait de descendre dans le trou; ce qu'ils firent hardiment. Là ils rencontrèrent Naste Estsan, la femme-araignée, qui leur donna deux sortilèges pour se prémunir des difficultés et des dangers qu'ils auraient à surmonter.
Parmi ces dangers elle leur cita les roches qui écrasent les voyageurs, les roseaux qui les découpent en morceaux, les cactus acérés qui déchirent les chairs et aux sables bouillants qui les brûlent atrocement.
Les deux charmes que Naste Estsan donna aux deux frères étaient deux plumes:
Une pour soumettre leurs ennemis et l'autre pour préserver les vies.



Les dragons amérindiens


La mythologie amérindienne ne semble pas faire part de légendes concernant les dragons au sens où nous les concevons. Selon leur croyances Aztèques le serpent bénéficiait d'un statut important de par, entre autres, sa capacité à muer. On retrouve la racine coalt (serpent en nahualt) dans le nom de plusieurs divinités: Cihuacóatl (femme serpent) ou Coatlicue (la dame aux serpents) mais également Quetzalcóatl (serpent à plumes, aussi présent dans la mythologie maya par exemple, sous le nom de Kukulkan) ou Mixcoalt (serpent de nuages) dans lesquels se remarque un caractère beaucoup plus aérien par les qualificatifs employés.

 Quetzalcóatl,un serpent qui nous fait quand meme penser a un dragon ..

cela reste un reptile affublé d'aile ...dans la culture occidental, le dragon a enormement evolué et n'a jamais eu la meme forme ....peut etre que si le peuple maya ou azteque avait survecu au invasion hispanique ...leur "dragon" aurait evolué lui aussi comme en occident....

En asie en revenche, le dragon n'a quasiment pas evolué dans sa forme en pres de 5000 ans ...mais le rapport homme/dragon n'etait absolument pas le meme en asie et en occident....

Aussi Tshakapesh que l'on peut considérer comme une légende....



Il existe de nombreuses créatures légendaires et mythiques, venant du folklore du monde entier, de nombreuses créatures se ressemblant mais n'ayant pas le même nom. Cela peut s'expliquer par l'échange entre les peuples ; la guerre, les échanges commerciaux et les religions sont autant de facteurs qui ont amené la ressemblance des héros luttant contre ces créatures.
Ce dictionnaire rassemble un certain nombre de créatures, il en existe bien d'autres, n'hésitez pas à en discuter dans la partie "discussions".

Le bestiaire

Un abatwa
Abatwa (mythologie Zoulou) :
Humanoïdes de petite taille, ils chevauchent des fourmis. Nomades, ils ne peuvent être vus que par des enfants de moins de 4 ans, par des magiciens ou des femmes enceintes. La légende raconte que si on en rencontre un, il faut le flatter sur sa grande taille et dire qu’il est visible de très loin. Addanc (mythologie galloise, celte et britannique) :
Entre castor, dragon, crocodile ou nain, il a différent aspect suivant les régions. Il tue et mange toute personne tentant de nager dans son lac. Il déclenchait les inondations.
Adlet (mythologie inuit)
Mi-hommes, mi-chiens, ces créatures vivent en tribu et entrent en bataille dès la rencontre avec les humains.
La représentation d'Agni
Agni (mythologie hindouistes)
Géant de feu élémentaire, doté de 2 têtes et 7 langues, il apparait lorsqu’on frotte 2 morceaux de bois et aurait la faculté de donner l’immortalité.
Amazones (mythologie grecque)
Un peuple de femmes guerrières, qui sacrifient les enfants mâles et chassent les hommes pour l’esclavage sexuel ou devenir des serviteurs. De nombreuses légendes où un bon nombre de héros ont combattu les Amazones comme Héraclès ou Thésée. Les plus connues des amazones sont Antiope et Hippolyte.
Un Amphisbène
Amphisbène (mythologie grecque) :
Avec 2 têtes au bout des queues, elle peut avancer et reculer toujours de face, quand une tête dort, l’autre est éveillée.
Baku (mythologie japonaise)
Créature se nourrissant des rêves et des cauchemars.
Un barghest
Barghest (folklore du nord de l’Angleterre)
Enorme chien noir tuant les voyageurs imprudents.
Basilic (mythologie grecque)
Créature dont le contact et les regards empoisonnés occasionnaient une mort certaine. Elle ne pouvait mourir que dans 3 cas : si elle voyait une belette, si elle entendait un coq chanter ou si elle voyait son reflet dans un miroir.
Berbalangs (folklore malais) :
Vampires ressemblant à des humains, sauf par leurs ailes et leurs yeux bridés. Ils dévoraient les cadavres dans les tombes.
Cerbère (mythologie grecque) :
Gardien de la porte de l’enfer, il possédait 3 têtes et une queue finissant par une tête de serpent. Pour certain, il crachait du feu.
La chimère des grecques
Chimère (mythologie grecque) :
Avec sa tête de lion, son corps de chèvre et doté d’une queue de serpent, il avait le pouvoir de se régénérer. Une tête coupée, 2 autres la remplaçaient.
Cyclope (mythologie grecque) :
Des géants ne possédant qu’un seul œil au milieu du front. Le plus connu des cyclopes fut le fils de Poséidon, Polyphême, il fut aveuglé par Ulysse, quand celui-ci et ses compagnons se sont échappés de sa grotte.
Dragons :
Sous de nombreux aspects, sans ou avec pattes, de grandes ailes ou des petites, crachant du feu ou autres produits, tuant tout sur son passage. Ils sont tantôt de vils créatures ou gardiens de tombeau pour le moyen-âge occidental, tantôt protecteur et bienveillant pour l’Asie.
Frankenstein (le monstre de) :
Humain recomposé de différents éléments du corps humain et qui reprend vie grâce à la foudre.
Grendel (Folklore nordique) :
Monstre vivant dans les marais aux abords du château du roi Hrothgar, il est dit de lui qu’il ne supportait pas les musiques et les danses. Il fut tué par Beowulf.
Oedipe et le sphinx matérialisé par une harpie
Griffon :
Avec sa tête, ses ailes et ses griffes d’aigle, son corps et sa queue de lion, il protégeait les trésors d’Apollon contre les voleurs.
Hai Ho Shang (folklore des mers de Chine) :
Monstre en forme de poisson avec un crane rasé qui arraisonnait les bateaux et noyait les marins.
Harpies (mythologie grecque)
Faites de têtes et de poitrines de jeunes femmes, avec des ailes pour bras et des serres pour jambes, elles dévoraient les ordures avec un appétit féroce. Tourmenteuses des hommes, elles avaient pour objectif de détruire l’espoir des hommes.
Hydre (mythologie grecque) :
Gros serpent d’eau avec plusieurs têtes humaines. A chaque fois qu’une tête était coupée, deux autres venaient la remplacer.
Kappa (Légende japonaise) :
Lutin à tête de singe, au corps de tortue et aux pattes de grenouille, il arpentait les rivières pour dévorer les imprudents.
Kraken (légende nordique) :

Enormes calamars possédant de nombreuses tentacules pour couler les navires et se repaitre des marins tombés à la mer.
Lamias (mythologie grecque) :
Superbes femmes au charme envouteur qui avaient la particularité d’avoir en dessous du buste un corps de serpent. Par leur chant et leur charme, elles attiraient leur proie dans leurs antres. Loup-garou :
De nombreux récits à travers le monde parlent d’humains se transformant durant la pleine lune en un être ressemblant à un gros loup. Leur sois et leur rage en faisait des tueurs fous. Seul l’argent pouvait les détruire.
Manticore (mythologie perse) : Avec un visage humain aux yeux bleus, un corps de lion, une bouche avec 3 rangées de dents et une queue de scorpion couverte d’épines qu’elle lançait comme des flèches, elle avait un appétit sans fin d’humains.
Le buste de la méduse par Le Bernin, musée du capitole de Rome
Méduse (mythologie grecque) : L’une des 3 gorgones et la seule qui pouvait être tuée. Jeune femme très belle, succomba au charme de Poséidon et eu une relation charnelle avec lui dans le temple d’Athéna. Celle-ci, de colère, la transforma en un humanoïde si laid que croiser son regard vous transformez en pierre. Persée, lui coupa la tête caché derrière un bouclier ayant un effet de miroir.
Minotaure (mythologie grecque) : Avec sa tête de taureau et son corps d’humain, il dévorait tout ce qui entrait dans sa prison labyrinthique. Il fut tué par Thésée, héros Athénien.
Nagas (mythologie indienne) : sur un corps de serpent reposait une tête humaine. Elles vivaient dans des palais sous-marins et régnaient sur les mers, les rivières et la pluie.
Nasnas (Proche-Orient) : Monstre ressemblant à la moitié d’un homme dans la longueur.
Ogres : Ces géants mangeurs d’hommes sont communs aux légendes de bien des pays. Ils sont toujours très laids ; dans les histoires japonaises, leur corps est rouge et bleu, ils ont des dents grosses comme des défenses d’éléphant. Souvent vu dans les médiévaux fantastiques comme les jeux vidéo, films et jeux de rôle.
Roc (Proche-Orient) : Un immense aigle, d’une envergure d’environ 10 mètres, il apparaît dans la légende arabe de « Simbad le marin ». Il était si grand qu’il pouvait manger un éléphant.
Salamandre : Reptile vivant, mais possédant une légende lui octroyant des pouvoirs mystiques comme vivre dans le feu et que sa morsure est mortelle.
Sasquatch, Yéti (Amérique du Nord et l’Himalaya) Enorme homme-singe vivant dans les hautes montagnes. De nombreux explorateurs ont cru le voir.
Scylla (mythologie grecque) : Serpent à six têtes, il vivait dans une caverne sur les côtes de la Sicile. Il dévorait tout marin s’approchant trop près de son repaire.
Sphinx (mythologie grecque) : Avec le haut du corps de femme, des ailes d’oiseau, un corps et des pattes de lion, elle était la gardienne des énigmes. Ceux qui ne pouvaient ou qui ne répondaient pas correctement à ses questions étaient dévorés.
Squonk (Amériques) : Bête timide vivant dans les forêts de Pennsylvanie et qui hurlait car elle était couverte de verrues. Si on venait à la capturer, elle se dissolvait dans ses propres larmes.
Wyvern : Serpent volant, qui ressemblait à des dragons avec des serres d’aigles. Leur apparition était signe de guerre ou de peste.

source: http://fr.maieutapedia.org/wiki/Cr%C3%A9ature_l%C3%A9gendaire#.U3-R9hB5OgU