14 janvier 2013

Canada : le massacre du peuple indien passe par la destruction et l'exploitation de leurs enfants


1. Quelques dates de crimes contre le peuple amérindien 


1859 : le jésuite Paul Durieu, installé en Colombie Britannique, prévoit d'exterminer tous les chefs indiens non chrétiens. Un modèle qui a eu cours ensuite dans les Indian Residential School, des pensionnats pour les enfants indiens dont on va longuement reparler. 

1862-63 : épidémie de variole introduite par un missionnaire anglican, futur évêque, John Sheepshanks, qui a inoculé le virus à des enfants amérindiens. Cela, sous la couverture du gouvernement provincial et le commerce de fourrures de la compagnie Hudson Bay, qui parraine les premières missions protestantes chez les indiens. C'est aussi la première guerre bactériologique connue de l'histoire, et elle a permis à des chercheurs d'or de piller les terres de ces milliers d'indiens assassinés. 

1870 : la couronne anglaise file les terres des indiens aux anglicans et autres missionnaires catholiques. 

1873 : on établit une force armée (la police montée) qui a parmi ses attributions de refouler tous les indiens dans des réserves, et cela tout le long de la voie ferrée qui traverse le pays. 

1876 : l'Indian Act retire aux indiens le statut de citoyens. Ils ne peuvent pas voter, sont considérés comme mineurs et ne peuvent aller en justice, ce qui est toujours le cas. 

1886 : les cérémonies indiennes sont interdites. 

1889 : les écoles indiennes sont interdites, les enfants doivent aller dans pensionnats destinés aux autochtones. 

1891 : premiers décès en masse d'enfants indiens dans les pensionnats à cause de tuberculose non soignée. Le gouvernement s'en fiche. 

1905 : plus d'une centaine de ces pensionnats sont actifs au Canada. 
1907 : le Dr Peter Bryce qui est médecin chef aux Affaires Indiennes, fait une étude de la santé des enfants dans ces pensionnats. Il en ressort que plus de la moitié (entre 35 et 60%) des enfants meurent à cause de tuberculose qui y est introduite délibérément par le personnel. Bryce parlait d'un « crime national »[1]. En parallèle, le chef des affaires indiennes Duncan Scott, cherchait une solution finale au « problème indien », ce peuple vu par lui comme une sous race. 

C'est d'ailleurs lui qui a fait passer le rapport Bryce à la trappe. Tout cela était donc intentionnel, et le virus était introduit exprès, afin d'éradiquer les indiens. Peut-on imaginer qu'un tel système se poursuive aujourd'hui, par exemple avec le H5N1, le sida, la grippe aviaire, ou les prochains virus qu'on va nous envoyer ? Non bien sûr... 

1910 : Duncan Scott confie par contrat la gestion des pensionnats aux cathos, anglicans, presbytériens et méthodistes. 

1919 : fin des examens médicaux dans les residential schools. 

1920 : tous les enfants de plus de 7 ans doivent être envoyés dans les pensionnats sinon les parents vont en prion et prennent une amende[2]. Là, la moitié de leurs enfants mouraient. 

1925 : création de l'Eglise unie du Canada pour christianiser tout le monde, financée par la couronne d'angleterre. Elle hérite de tous les pensionnats et des terres volées par les méthodistes et les presbytériens. 

1928 : loi sur la stérilisation en Alberta, qui permet de stériliser les enfants des pensionnats à leur insu sur décision d'un curé. Au moins 2.800 enfants ont ainsi été mutilés. Une loi similaire est adoptée en 1933 en Colombie Britannique. Dans les années 30, c'est le boom des pensionnats, il y en aurait environ 130 dans le pays. 

Janvier 1939 : les enfants Cowichan servent de cobayes à des expériences menées par des médecins allemands au pensionnat Kuper Island à l'ile de Vancouver. Le foyer était tenu par des catholiques allemands. Dans les années qui suivent, un futur premier ministre canadien s'est occupé de définir le génocide de manière à ce que le génocide des amérindiens ne rentre pas dans ce cadre. 

1946-1952 : des centaines de médecins nazis et SS obtiennent la nationalité canadienne (projet Paperclip, dont les archives commencent à peine à sortir). Et beaucoup ont mené leurs expériences dans les pensionnats d'indiens, centres militaires et autres cliniques comme celle du Dr Ewen Cameron, qui a travaillé sur les projets de manipulation mentale de la CIA MK ultraet Monarch. Sur les patients, on teste l'usage de drogues, les électrochocs, la privation de sommeil, les chocs traumatiques, cela pour développer la manipulation mentale. 

1956 : un survivant de la Lincoln Royal Canadian Air Base à Calgary (Alberta) dit qu'un médecin qui avait un tatouage SS a torturé des enfants à mort, dont des enfants indiens amenés par les flics du RMMP (la police montée canadienne royale), venant des pensionnats catholiques. Des survivants des bases militaires de Suffield en Alberta, de Nanaimo en Colombie Britannique, de l'hôpital psychiatrique Lakehead en Ontario évoquent des faits similaires. 

1962 - 1971 : des milliers d'enfants indiens sont enlevés à leurs familles dans le cadre duprogramme « sixties scoop » qui aurait concerné officiellement 20.000 enfants. Etrangement, on observe que le programme actuel d'adoptions forcées aux Etats-Unis ressemble beaucoup à « Sixties Scoop », ces rafles d'enfants qui pourraient n'avoir été qu'un test. Beaucoup de ces enfants sont morts et les circonstances ont été dissimulées. 

1970 : suite à des révoltes, le gouvernement cède l'éducation des enfants indiens aux communautés indiennes, petit à petit. En 1972, les affaires indiennes ordonnent la destruction de tous les dossiers personnels des indiens, y compris l'origine et les documents de propriété. En 1975, la majorité des pensionnats étaient sortis de l'orbite des catholiques. Pourtant, les abus ont continué dans de nombreux établissements passés aux autochtones, à savoir des écoles maternelles. Le dernier pensionnat ferme en 1996. 

1980 : suite à la pression des indiens, le gouvernement établit une assemblée fantoche de chefs non élus, qui ne cherche pas à enquêter sur les abus commis contre les indiens, ni à demander la souveraineté du peuple indien. 

1986: l'église unie du Canada demande "pardon". Mais elle ne veut pas indemniser ses victimes. 

1989 : Nora Bernard, qui a survécu au pensionnat de New Brunswick, démarre les poursuites contre l'église catholique canadienne et le gouvernement. Elle a été assassinée en décembre 2007[3], juste avant les « excuses » du gouvernement pour les pensionnats. Nora Bernard a quand-même été à l'origine de la plus grosse 'class action' du Canada, représentant 79.000 survivants[4]. 

1993 - 1995 : des indiens parlent publiquement de meurtres d'enfants à l'école St Andrews de Port Alberni, qui était gérée par l'Eglise catholique du Canada. C'est là qu'officie Kevin Annett, ce pasteur qui est tombé sur une transaction foncière entre le gouvernement et l'église qui achetait, concernant des terres volées aux indiens. Annett est viré à la suite de son indignation publique au sujet de cette magouille. Puis un autre parle d'enfants battus à mort dans un autre pensionnat. 

1996 - 1998 : Annett rend publics des centaines de témoignages rapportant des crimes dans les pensionnats. A partir de là, il a plein d'ennuis (divorce, procès...). Des procès intentés par des survivants suivent malgré tout. Des indemnités commencent à tomber pour les 86.000 survivants, écœurés de voir qu'on tente d'acheter leur mémoire. Et des millions de dollars de subventions diverses et variées pleuvent sur les réserves indiennes. Mais l'argent a été très mal réparti, et souvent accaparé par les chefs tribaux et autres administrations. 
2000 : comme 10.000 survivants avaient porté plainte, l'église du Canada a demandé au gouvernement de restreindre le cadre des poursuites et d'assumer la responsabilité première pour les crimes commis dans les pensionnats. De nombreux tribunaux refuseront d'ailleurs aux indiens le droit de poursuivre l'Eglise. 

2002 : l'Eglise mène une campagne de propagande pour dire qu'elle sera ruinée si elle doit assumer les conséquences des poursuites. Du coup, le gouvernement a pris l'entière responsabilité des crimes, y compris les compensations financières. 

2005 : des survivants désignent à Annett des lieux de sépultures de masse, autrement dit des charniers, proches d'anciens pensionnats de Colombie Britannique. On monte alors « Friends and relatives of the disappeared » (amis et proches des disparus). Le film Unrepentant est réalisé à partir des travaux d'Annett. 

2007 : le gouvernement met en place une commission de réconciliation et de vérité, qui refuse de dédommager plus de la moitié des sruvivants. 

Juin 2008 : sous la pression, le gouvernement « s'excuse » pour les crimes, tout en cherchant à les minimiser. Il n'est toujours pas question de faire payer l'Eglise. 

2009 : un témoin de meurtre d'enfant, Johnny "Bingo" Dawson, est assassiné par la police, qui l'avait menacé au cas où il parlait. 

2010 : les contacts entre les survivants de l'Eglise canadiens, irlandais, italiens, allemands et anglais se nouent. Il apparaît clairement que Ratzinger, le pape, a œuvré toute sa vie pour dissimuler ces abus au public. 

2012 : pendant que le gouvernement fait encore mine de faire de la « réconciliation » et de la « vérité », les actions en Justice vont démarrer sérieusement. Au passage, précisons que les survivants des résidential school conchient littéralement la « Truth and reconciliation commission » qui tente de les enfumer depuis quelques années déjà, à grands coups de subventions. Et aujourd'hui, on ne connait toujours pas le nombre d'enfants qui sont passés dans ces pensionnats. On parle officiellement de 100.000 à 200.000 enfants



WIKISTRIKE

1 commentaire: