21 mai 2013

La bannique

une part essentielle de l’héritage autochtone
Lorsque on pense aux recettes canadiennes (autochtone) qui existent depuis longtemps, la bannique est tout au début de la liste.  Pourtant, combien parmi vous peuvent dire exactement ce que c’est et quel en est le goût?La bannique qu’on appelle parfois aussi bannock est le pain plat traditionnel des autochtones et des premiers colons et trappeurs.  C’est un pain sans levain préparé à base de saindoux, de sel et d’eau, mais il existe autant de recettes que de famille en préparant.L’histoire de la bannique Avant l’arrivée des Européens, la bannique était préparée avec les ingrédients trouvés dans la nature.  Les cuisiniers autochtones de l’époque utilisaient de la farine faite avec différentes types de racines qui pouvaient être trouvées dans la forêt et des sirops faits de la sève des arbres, comme le sirop d’érable.  La bannique de l’époque contenait également du maïs et des noix.  Il existait aussi des variantes régionales, comme l’ajout de fruits.Les méthodes de cuisson étaient aussi diverses que les recettes.  Une des méthodes traditionnelles consistait à rouler la bannique dans du sable et à la faire cuire dans un foyer.  Une fois le pain cuit, on  en brossait simplement le sable avant de le manger.  D’autres groupes utilisaient des fours en argiles ou en pierres pour faire cuire la bannique.  Une méthode toute différente consistait à enrouler la pâte autour d’un bâton ou d’une branche et de la faire cuire sur le feu, comme on le fait aujourd’hui avec les guimauves.  L’arrivée des colons européens a mené à l’introduction des poêlons en fonte pour la cuisson du pain traditionnel.  De nos jours, on fait typiquement cuire la bannique au four ou on la fait frire.
Comment préparer de la bannique?
La beauté de cette recette est qu’elle est extrêmement flexible et une fois qu’on  a maitrisé la recette de base, les variations sont infinies.   Voici une formule moderne pour la bannique : utilisez 3 parts de farine, 2 part de lait en poudre et 1 part de poudre à pâte.  Vous pouvez ensuite choisir la route du sucré et ajouter des fruits frais ou séchés ou encore ajouter un peu de sirop d’érable ou de miel à la recette.  Vous pouvez également choisir les saveurs salées en y ajoutant du fromage, des herbes, du bacon ou de l’oignon.  Mettez-y ce que vous avez sous la main
…La tradition de la bannique, longtemps réservée aux événements autochtones, commence de plus en plus à trouver sa place dans l’alimentation de tous les jours.  Alors, pourquoi ne pas joindre la culture amérindienne ....

http://blog.cuisineculture.com/2013/05/09/la-bannique-une-part-essentielle-de-lheritage-autochtone/

1 commentaire:

  1. Cette recette de bannik est une recette héritée des Écossais, un pain nommé "bannock".

    Selon les récits de Jacques Cartier «Voyage aux pays des Hurons» le pain que faisaient les Amérindiens lors de ses voyages était beaucoup plus simple que ça. C'était de la farine de quenouille ou de la farine de Sagittaire mélangée à de la graisse animal et de l'eau et cuit sur une pierre chaude et on déposait ensuite des pierres chaudes dessus.

    Il n'existait pas encore de farine de blé ou de farine d'avoine au début de la colonie. Il n'y avait pas de levure ou poudre à pâte. Il n'ajoutais aucun sucre et aucun sel.

    Sources:
    http://www.astrosante.com/RecettesMikmaqEtloqteg.html
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bannique

    RépondreEffacer