1 août 2014

L’homme dans la lune


(C’est une souris qui réussit à libérer la lune d’un filet tendu par Tchakapec)
moonAu commencement du monde, il ne faisait jamais noir; la lune et le soleil brillaient côte à côte dans le ciel.  Un bon jour, Tchakapec, qui aimait beaucoup la lune, décida de se l’approprier.
Il commença par demander à sa soeur d’arracher l’un de ses cheveux et de le lui donner.  Puis il l’étira et l’étira jusqu’à ce qu’il fût assez long pour en faire un collet, comme ceux qu’il utilisait pour tendre ses pièges aux lièvres.
Tchakapec s’en alla ensuite fixer son collet au bout du chemin qui conduisait à la lune, et la lune, qui ne se méfiait pas, se prit dans son collet.  Mais aussitôt, ilse mit à faire noir, et Tchakapec, bien malheureux alla rencontrer sa soeur en pleurant, regrettant ce qu’il avait fait.
Après avoir discuté longuement avec sa soeur.  Il se rendit près d’une grande rivière et ilen rapporta un filet dans lequel iI avait capturé des poissons, des écrevisses, des loutres et des castors.  Il partit ensuite en forêt et attrapa des couleuvres, des souris, des écureuils et des insectes qu’li mit dans un sac.  Puis il se dirigea vers la lune toujours retenue par son collet, et il dit à toutes ces créatures rassemblées de déprendre la lune du collet.
Chacun des petits animaux, des poissons et des insectes tenta, l’un après l’autre, de libérer la lune, mais seule la souris qui vint la dernière réussit à ouvrir le collet.  sourisAussitôt, la lune partit prendre la place qu’elle occupe maintenant dans le ciel et elle se mit à briller et à éclairer pendant la nuit.
Cependant, avant que la lune se retire du collet ouvert par la souris, Tchakapec eut le temps de sauter dans la lune et il partit avec elle dans le ciel.  C’est sa figure souriante que l’on voit maintenant dans la lune.  Quant à la souris, elle en profita pour attraper le collet qui servirait à tresser les queues de toutes les souris sur la terre.

Frank G. SpeckMontagnais and Naskapi Tales from the Labrador PeninsulaThe Journal of American FolkloreVol. 38, No 147 (Jan. – Mar., 1925), pp. 1-32

Aucun commentaire:

Publier un commentaire