16 septembre 2014

Ma vision d'hier à aujourd'hui



Aujourd'hui,  j'ai pu faire une séance de spiritisme comme je le faisait dans le temps avec mon beau-frère dans le lieu de mon travail. Souvent, dans la majorité des réunions officielles des organismes autochtones au Québec, tous débute par un prière de la manière catholique ou de façon traditionnelle comme celle que j'ai pu assister aujourd'hui.  Dans mes souvenirs, je me demandais ce qui fabriqué tous ces gens en cercle tout en étant solennels des gestes posés pas leur hôte. Assise sur leur tapis et ils écoutaient religieusement les conseils sur l'importance de la terre  imprégnées de ces créatures. Cette personne envoya de la fumé vers ces gens avec une plume tout en évoquant les 4 directions de la rose des vents. J'avais 10 ans à l'époque, je ne voyais pas encore toute cette importance de croire en un créateur , Dieu, allah ou bouddha. Ceci fit surgir des souvenirs sur mes propres principes accumulés par le savoir de mon histoire en tant qu'autochtone. Je me demandais pourquoi cette séance m'avait un peu ému aujourd'hui tout en remuant le pourquoi du comment  .

Mes débuts

Société de communication atikamekw montagnais - Tepatcimo - TipatcimoDepuis que je travaille pour  le réseau de la radio autochtone, Je redécouvre ma propre culture. Surtout, le trésor qu'est le partage des connaissances, par la passion jusqu'à la protection de la culture des personnes qui croient en leur frère, leur Nation ou leur principes de vie les plus basiques qu'un être humain peu ressentir ou ce qui peut croire par rapport à leur vécu. Ce qui m'a permis de resté au sein de la station depuis plus de 7 ans. J'apprends  à chaque jours sur les débats et les enjeux des autochtones vivants ici ou partout dans le monde. Le mécanisme qui donne un certaine responsabilité à resté et à me donner le meilleur de soi-même quand on est en onde dans ce moment de tourment .

J'ai un aveux à vous faire, j'ai jamais écouté la station Radio au je travaille à l'époque. Surtout à cette âge, il parlait de politique ,d'enjeux sociaux ,d' économique ou de santé, ceci ne ma pas intéressé pas à l'époque. J'avais environ 25 ans. Le plus difficile, c'était de comprendre les autre dialectes des autre communautés qui n'étais pas du tout familier à mon oreille. Je perdis vite l'intérêt. Ça doit être le cas pour la majorité des gens qui nous écoute en ce moment dans cette tranche d'age ...

Aujourd'hui, je me rends compte qu'il y a eu beaucoup impacte dans ma vie dans mes décisions. J'ai appris le mécanisme de Vie de chacune des communautés . Les autochtones, de partout dans le monde ,combattent pour la même cause depuis la colonisation des terres vierges habités par des personnes qui ont fait un avec la nature dans un harmonie inébranlable depuis plus de 10 000 ans.

La colère

Mais il y a une chose qui ma profondément troublé, un éveil de colère au fond de moi. Le fais qu'on n'a perdu notre sens du spiritisme , nos prières fait au créateur au détriment de la religion catholique. Tout ces 10 000 de savoir anéantis pendant les années entre la colonisation jusqu' au plus fort des années 1900 . Le clergé du Québec été à son apogée de son pouvoir décisionnelle aux seins de la société québécoise. Il a prit l'emprise dans les réserves autochtones en faisant un lavage de cerveau aux autochtones de l'époque Surtout, avec la création des pensionnats , mettant au gouffre notre culture, notre savoir de même que notre avenir.

Un exemple ?

Ma mère me raconta comment se passait , si par exemple , une femme ayant un enfant avant le mariage  , d'une haute impudence ecclésiastique à l'époque, le prêtre punissait et humiliait la pécheresse  en se mettant à genoux au beau milieu de l'église au regard de tous. Cette inculcation vu le jour chez les Innus vers les années 50 dans mon village selon ma mère. Avec le peu de connaissance sur monde qui leur entourés, voir ce genre de chose tout en passant que les innus été des nomades, donc peu de comportement social entre eux , été un choc pour eux. Ce sont ce genre l'histoire,de même que les pensionnats indiens ,  qui me fit carrément renier la foi du christianisme. Ce n'est pas le dogme qui m'a fait de moi une personne qui est furieux  contre son dieu. Mais les gens qui utilise le nom de dieu pour leur propre raison et croyance personnelle en leur patrie ou à leur foi personnelle. J'ai toujours cru a ses paroles profondes cité à chaque 7 heures sous les ondes de la radio communautaire, mais son histoire , je ne peux y croire.Quelques part , il manque des choses essentiels que les autochtones avaient comme savoir et qu'on ne peu pas expliqué avec un livre de 540 pages avec des exemples de geste d'un seul homme. L'être humain est bien plus complexe que ça. Il vit autour d'un environnement complexe. Nous vivons pas au cieux mais un endroit appelé Terre.  Les histoires son facilement falsifiable ! mais les paroles qui vont droit au coeur à sa propre vérité qui est difficilement déformable.Même à travers les siècles

Aujourd'hui

Les aînés de mon village sont très pieux envers la religion catholique. Tellement que , dès que je me met à contredire ou dire simplement les récents développements ce qui attrait aux recherches et nouvelle découverte sur la possibilité de l'inexistence de jésus ou sur la déformation de son histoire. On n'a tout de suite une réponse très défensive, c'est impossible de débattre dans la majorité des cas avec un aîné. Comme si touché ce sujet été tellement tabou comme celle de la pédophilie qui sévisse dans plusieurs village à travers le Canada. C'est la que je me rends compte que les prêtres ont fait de l'excellent travaille dans la mission de conquérir non celle du territoire. Mais celle de notre propre foi.

C'est facile de trompé l'Innocences. Mais tout comme un enfant qui grandit, l'adulte se fera entendre !


Je suis très fier d'être innu et d'avoir la chance de pratiquer cette séance spirituelle. Ça éveillé en moi que je suis un être unique et maître de son destin dans cette époque d'incertitude.

Nil Augustin Desterres